SERVICE CLIENTS 033 550 30 31Lun. – Ven. | 08:00 – 18:00
Langue

Bligg en entretien

Après une pause d’un an, tu as sorti en avril 2019 un nouvel album, «KombiNation». Où as-tu trouvé l’inspiration pour écrire les chansons?
Je me suis fortement inspiré de la «combination» culturelle que nous vivons au quotidien en Suisse. Je voulais surtout montrer que, malgré nos différentes origines et cultures, nous sommes tous des êtres humains. Par ailleurs, j’ai trouvé de nouvelles idées à l’occasion de nombreux voyages et je m’en suis servi pour l’album.

Est-ce que ton fils t’accompagne dans tes tournées et comment arrives-tu à concilier ton rôle de père et l’artiste Bligg?
Mon fils ne m’a pas accompagné en tournée car les spectacles sont tout simplement trop tard pour lui. En revanche, il assiste souvent aux répétitions afin de voir ce que je fais. La conciliation de mon rôle de père et de ma carrière se fait très simplement. Contrairement aux gens qui travaillent de 9h à 17h, je suis flexible et je peux décider de passer une journée avec mon fils si j’en ai envie.

Est-ce que tu as toujours le trac avant d’entrer sur scène?
On me pose souvent cette question «rire». Et en effet, aujourd’hui encore, je suis toujours un peu nerveux avant les concerts. Car la pression est toujours là. Sans oublier que mes spectacles sont très coûteux au niveau technique et qu’on espère toujours que tout fonctionnera parfaitement.

Quels sont tes projets pour la suite de ta carrière? As-tu prévu d’autres collaborations avec Marc Sway?
Mon nouveau single «im freiä Fall» sortira peu après la fin de la tournée, ce qui va prolonger le lancement de KombiNation jusqu’à mi 2019. Je n’ai pas d’autres projets avec Marc Sway pour le moment, mais rien n’est exclu.

Le morceau «Us Mänsch» est très personnel et très profond, pour quelle raison as-tu décidé de t’ouvrir ainsi?
Naturellement, je rappe à la première personne, mais cela ne veut pas forcément dire que j’exprime mon avis. Je voulais plutôt montrer les différents rôles dans lesquels chacun d’entre nous se glisse au quotidien. Je voudrais que les gens se reconnaissent quand ils entendent le texte «Je suis le fils, le père, le cousin, le frère». Car aujourd’hui, chacun d’entre nous a ses obligations et endosse un rôle différent selon le lieu et la situation.

Est-ce que tu as un rituel de soin particulier pour ta barbe?
Les jours où je suis pressé, je n’ai pas le temps de passer 30 minutes à la salle de bain pour m’occuper de ma barbe. Pour moi, chaque geste doit être précis et les produits doivent être efficaces. Le matin, je commence par laver ma barbe pour remettre les poils en ordre puis j’applique de l’huile, ce qui est très pratique, surtout avant les interviews car ça la fait briller naturellement.

Depuis quand portes-tu la barbe et pourquoi?
Je porte la barbe depuis que j’ai 20 ans. À cette époque, j’ai commencé à fréquenter le milieu hip-hop et j’ai été le premier à me laisser pousser la barbe. Cela me donnait un style et puis c’est devenu ma marque de fabrique quand l’artiste Bligg est né. Comme je porte la barbe depuis le début de ma carrière, personne ne me reconnaît dans la rue quand je suis rasé «rire».

Donc, tu te rases uniquement quand tu ne travailles pas?
Oui, surtout quand je suis en vacances pour exposer la peau au soleil.

Que préfères-tu, le rasage à sec ou mouillé?
Je préfère très nettement le rasage mouillé car il est plus précis et j’obtiens un meilleur résultat. De plus, le rasage à sec a tendance à irriter ma peau.

Est-ce que tu prends soin toi-même de ta barbe ou est-ce que tu la fais couper et coiffer?
Je m’en occupe souvent moi-même car je n’ai pas toujours le temps d’aller dans un salon. Mais quand je suis chez le coiffeur, j’en profite évidemment pour la faire retoucher et coiffer. Il y a quelques années, il était impensable qu’un coiffeur puisse aussi s’occuper de la barbe. Cela a beaucoup changé ces dernières années et les coiffeurs qui ne savent ni retoucher ni coiffer une barbe sont maintenant l’exception. Les hommes sont de plus en plus nombreux à porter la barbe aujourd’hui.

Est-ce qu’il y aurait une anecdote amusante à raconter à propos de ta barbe au cours de ta carrière?
Il y a toujours des situations amusantes, quand des femmes me demandent un autographe ou de poser avec elles pour un selfie et en profitent pour demander si elles peuvent toucher ma barbe. «Comme si de rien n’était».

Est-ce que tu te décrirais comme étant coquet et est-ce que tu ressens la pression de la société pour être beau et rester jeune?
Je vois cela comme une pression mais bien sûr, je prends soin de mon apparence. Mais ce n’est pas mon truc de suivre toutes les tendances beauté. Je préfère rester fidèle à moi-même.

Partager:

Nous livrons avec

Moyens de payment

Responsabilité

Émissions de CO2 compensées par haar-shop.ch: 500 000 kg

Responsabilité

Émissions de CO2 compensées par haar-shop.ch: 500 000 kg